© Amnesty International (Photo: Alli Jarrar)

Pauvreté et droits humains : liens et enjeux

Conférence suivie d’un débat avec le public Jeudi, le 30 octobre 2008, à 19 heures à l’Abbaye de Neumünster (28, rue Münster, Luxembourg-Grund).Entrée libre Organisation : Amnesty International Luxembourg et Caritas Luxembourg Avec la collaboration du Centre culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster

 » Comme l’esclavage ou l’apartheid, la pauvreté n’est pas naturelle.Ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité.C’est un acte de justice. Il s’agit de la protection des droits fondamentaux, du droit à la dignité et à des conditions de vie satisfaisantes. »

Nelson Mandela Alors que le monde n’a jamais été aussi riche, 8 millions d’enfants meurent chaque année de maladies liées à la pauvreté. Alors que l’humanité est à la pointe de la technologie, 22% de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable.

Chaque année plus de 8 millions de personnes sont expulsées illégalement de leurs terres ou déplacées de force. Avoir faim, être sans logis ou atteint de maladies que l’on peut prévenir ne doit plus être considéré comme inévitable au plan social ou comme la conséquence de catastrophes naturelles.

Il s’agit de véritables scandales au regard des droits humains. Les atteintes aux droits économiques, sociaux et culturels ne peuvent plus être tolérées. Dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme et à l’occasion du bilan à mi-parcours des Objectifs du millénaire pour le développement, Amnesty International et Caritas souhaitent approfondir leur réflexion sur les liens étroits entre la défense des droits humains et la lutte contre la pauvreté.

Philippe Hensmans, directeur de la section francophone d’Amnesty Belgique contribue depuis des années aux travaux d’Amnesty International pour développer la réflexion et le militantisme autour des droits économiques, sociaux et culturels au sein du mouvement.

En adoptant la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, la communauté internationale a reconnu que les êtres humains ne pouvaient pas s’affranchir de la peur, si les conditions nécessaires à la satisfaction de l’ensemble des droits de chacun n’étaient pas réunies.

Malgré cet engagement envers l’indivisibilité des droits humains, l’attention de la communauté internationale s’est essentiellement portée sur des violations spécifiques des droits civils et politiques et Amnesty International a joué un rôle de premier plan dans la promotion et la défense de ces droits.

Il y a quelques années, considérant que le nombre des prisonniers de la pauvreté était bien supérieur à celui des prisonniers de conscience, et que des millions de personnes à travers le monde étaient torturées par la faim ou condamnées à une mort lente par des maladies qu’il était possible de prévenir, Amnesty International a décidé d’élargir la portée de sa mission et de s’engager dans la défense des droits économiques, sociaux et culturels.

L’Abbé Oswald Musoni est le directeur de Caritas-Développement Goma dans la région des Grands Lacs en Congo RDC.

Dans son travail quotidien, Caritas Goma fait face à la situation humanitaire dramatique de milliers de familles qui fuient des affrontements armés et se réfugient dans des camps des déplacés ;elle s’investit dans l’aide humanitaire d’urgence à des milliers de ménages victimes des violences interethniques et elle accompagne les enfants soldats démobilisés et les retournés dans leurs villages d’origine.