Les autorités chinoises doivent fermer les « camps de rééducation »

Murat Harri Uyghur, citoyen finlandais, a perdu le contact avec son père, Seytiniyaz Ghupur, et sa mère, Göherxan Tömür, toutes deux âgées de 57 ans, en mars 2017.

Un million de personnes - majoritairement issues de minorités ethniques musulmanes - sont détenues arbitrairement dans des « camps de rééducation ».


Depuis un an, les autorités chinoises mènent une campagne de plus en plus intense d’internements de masse, de surveillance intrusive, d’endoctrinement politique et d’assimilation culturelle forcée à l’encontre des Ouïghours, des Kazakhs et des autres groupes ethniques majoritairement musulmans vivant dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine.

 

Les détentions semblent faire partie d’un effort du gouvernement chinois visant à anéantir les croyances religieuses et les aspects de l’identité culturelle afin d’imposer la loyauté politique envers l’État et le Parti communiste chinois. Les autorités affirment que ces mesures extrêmes sont indispensables pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité nationale.

 

Les personnes envoyées dans les « camps de rééducation » ne sont pas jugées et sont privées d’accès à des avocats et du droit de contester leur placement en détention. Les individus faisant preuve de résistance subissent également des punitions allant de l’insulte verbale aux coups et à l’isolement. Ces personnes peuvent languir en détention pendant des mois, et sont au bon vouloir des autorités qui décident du moment où une personne est « transformée ».

 

Les familles désespèrent de savoir ce qui est arrivé à leurs proches. La nature secrète et non documentée de la façon dont les personnes sont détenues rend pratiquement impossible de localiser une personne en particulier.

 

 

L’action collective peut persuader le governement chinois d’agir et de rendre des comptes aux personnes détenues. Signez notre pétition à attention du Président de la république populaire de Chine, Xi Jinping : il est temps que les autorités disent la vérité sur les camps et laissent les familles être réunies.

PÉTITION

PETITION
Je voudrais recevoir des informations d'Amnesty International Luxembourg*

Je veux m’abonner aux pétitions SMS d’Amnesty International et ainsi rejoindre le réseau action urgente pour sauver des personnes en danger.

Coût du service : 3€ par mois débités sur la facture de l’opérateur, les bénéfices sont reversés à Amnesty International pour financer nos actions de défense des droits humains (voir plus d'informations ci-dessous)
*champs obligatoires

Votre portable est une arme de libération massive!

Agissez en ligne

Signez les pétitions d'Amnesty International pour aider les victimes des violations des droits humains.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les informations de la section luxembourgeoise par e-mail

 

Devenez membre

Devenez membre d'Amnesty International Luxembourg

 

November - 2019
S M T W T F S
  01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30