© Michal Fludra/NurPhoto/Getty

Bélarus : Libérez Raman Pratasevich et Sofia Sapega

Mise à jour du 25 juin : Le journaliste bélarussien Raman Pratasevich et sa compagne Sofia Sapega, qui se trouvaient en détention provisoire, ont été placés en résidence surveillée et ne semblent plus risquer de manière imminente d’être victimes d’actes de torture et d’autres mauvais traitements. Amnesty International continue de demander leur libération immédiate.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont agit pour Raman et Sofia.

Le journaliste biélorusse en exil Raman Pratasevich et sa compagne Sofia Sapega, de nationalité russe, ont été illégalement arrêtés par les autorités du Bélarus. Leur vol Athènes-Vilnius a été détourné et forcé d’atterrir à Minsk sous un faux prétexte.

Le 23 mai, Raman Pratasevich, 26 ans, qui jusqu’en septembre 2020 dirigeait les principales chaînes Telegram bélarussiennes d’opposition NEXTA et NEXTA Live, a été arrêté à l’aéroport de Minsk après que son vol pour la Lituanie a dû atterrir en urgence, officiellement en raison d’une alerte à la bombe, qui a rapidement été démentie. Un avion de chasse MIG29, de l’armée de l’air du Bélarus, a intercepté l’appareil civil jusqu’à la piste d’atterrissage à Minsk.

Pratasevich était recherché par les autorités biélorusses pour de fausses accusations de « terrorisme », et ce uniquement en raison de son travail journalistique. Les motifs de l’arrestation de Sofia Sapega n’ont pas été divulgués.

Il n’existe aucune preuve que Raman Pratasevich et Sofia Sapega aient commis un crime internationalement reconnu, et leur détention est arbitraire. Si Pratasevich est reconnu coupable, il risque jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

Le 24 mai, la télévision d’État au Bélarus a diffusé la déclaration auto-incriminante de Raman Pratasevich devant une caméra avec des blessures évidentes sur le visage. Amnesty International craint que ces  » aveux  » aient été extorqués par la force.

VOTRE PORTABLE EST UNE ARME DE LIBÉRATION MASSIVE!